Le guide de votre bien-être à domicile

Lecteur de glycémie

Actualités

Mise au point d’un pancréas artificiel pour soulager les personnes diabétiques

C’est une vraie révolution dans le monde médical et l’espoir d’un mode de vie meilleur pour les milliers de personnes souffrant de diabète, en particulier les insulino-dépendants.

Le Professeur Eric Renard du CHU de Montpellier a mis au point un “pancréas artificiel” censé faciliter la surveillance de la glycémie et l’administration de l’insuline chez les patients diabétiques. Le principe : il s’agit d’un capteur de la taille d’un cheveu, glissé sous la peau et relié à une pompe à insuline portable dont le mini-tube est également fixé sous la peau. L’objectif : administrer les doses d’insuline grâce à un boitier de type smartphone attaché à la taille.

La grande avancée de ce procédé est que les patients pourront, à terme, se passer d’un lecteur de glycémie et se piquer le bout du doigt à chaque fois qu’ils doivent contrôler le taux de glucose dans leur sang. Dans ce cas, c’est l’appareil électronique qui gère les données habituellement fournies par le lecteur de glycémie, et administre l’insuline en conséquence et au moment précis où le patient en a le plus besoin.

En clair, la glycémie est surveillée de manière permanente et les doses d’insuline sont administrées automatiquement, suivant les besoins de l’organisme.

Ce pancréas artificiel a été testé sur un patient âgé de 54 ans, vivant à Montpellier. Il a vu sa qualité de vie nettement améliorée, profitant notamment des activités nocturnes, sans se préoccuper de son taux de glycémie. En effet, la principale inquiétude des personnes diabétiques est la surveillance de la glycémie durant la nuit, elles courent le risque d’être en hypoglycémie pendant leur sommeil. Grâce à cette révolution, elles n’auront plus à s’inquiéter car tout est régulé électroniquement.

Les tests suivent leur cours pendant encore plusieurs mois. Mais pour l’instant, le CHU de Montpellier évoque une durée de 3 à 4 ans au minimum avant que ce pancréas artificiel ne soit mis sur le marché. Les lecteurs de glycémie pourraient, à terme, ne plus être utilisés au profit de cette avancée technologique.