Le guide de votre bien-être à domicile

Lecteur de glycémie

La glycémie : la mesure du taux de glucose dans le sang

glycémie

© Dmitry Lobanov - Fotolia.com

La glycémie correspond à la concentration de glucose, le sucre dans le sang. Les valeurs normales à jeun se situent entre 4,5 et 7 millimoles de glucose /litre de sang, soit l’équivalent de 0,80 et 1,26 grammes de glucose /litre de sang.
  1. A quoi sert le glucose ?
  2. Quelles sont les maladies associées à la glycémie ?

A quoi sert le glucose ?

Le glucose est indispensable à toutes les cellules de l’organisme et en particulier à celles du cerveau. Elles en tirent l’énergie utile à leur survie et à leur fonctionnement. Le glucose est transporté aux organes par l’intermédiaire du sang. C’est à ce moment là qu’on peut mesurer sa concentration (la glycémie).

L’organisme maintient la glycémie stable en l’adaptant en fonction de ses besoins. Par exemple, en cas d’effort, le corps a besoin de beaucoup d’énergie. Il dépense le glucose en quantité. L’organisme libère alors le glucose de ses stocks (le foie, les muscles) afin de maintenir la glycémie constante. En revanche, après un repas, l’organisme fait des réserves de glucose à partir de la nourriture ingérée.

Le contrôle de la glycémie : comment ça marche ?

La glycémie est sous le contrôle de deux principales hormones : l’insuline et le glucagon. Celles-ci sont toutes les deux secrétées par le pancréas. L’insuline a pour fonction de stocker le glucose dans l’organisme, c’est à dire le faire passer du sang vers les organes de stockage. Ainsi, elle permet de diminuer la glycémie. Elle agit donc après le repas, par exemple.

Le glucagon a le rôle inverse. Il est chargé de libérer le glucose des cellules de stockage vers la circulation sanguine et d’augmenter la glycémie. Il agit particulièrement en cas d’effort, par exemple.

Quelles sont les maladies associées à la glycémie ?

La glycémie devient problématique dans deux cas. Soit elle est trop importante, on parle alors d’hyperglycémie, soit elle est trop faible, il s’agit là d'hypoglycémie.

L’hypoglycémie

En cas d'hypoglycémie, les symptômes sont ceux d’une faiblesse généralisée. Les plus fréquents sont la somnolence, la sensation de froid, les tremblements, la faim, l’anxiété, la sueur ou encore la pâleur. Parfois, une hypoglycémie peut mener à la perte de connaissance. Pour y remédier, il est conseillé de manger ou boire immédiatement un aliment contenant du sucre. Un simple morceau de sucre ou un verre de jus de fruits peuvent soulager une crise.

L’hyperglycémie : un signe possible du diabète

Lors d’une hyperglycémie, la sensation de soif se fait intense ainsi qu’un besoin fréquent d'uriner. On peut retrouver également associé à ces symptômes une fatigue, des troubles de la vision et des crampes. Si la glycémie reste trop élevée sur une durée de temps importante, il peut s’agir d’une d’un diabète. On évoque le diabète quand la glycémie à jeun est supérieure ou égale à 1,26 g de glucose/litre de sang, soit 7mmol/l pendant deux tests au minimum. Il existe deux types de diabète.

Le diabète de type 1, anciennement appelé « insulino-dépendant », est provoqué par la destruction des cellules productrices d'insuline du pancréas. Cette maladie survient en général chez une personne jeune. Elle devra surveiller sa glycémie et suivre un traitement par des injections d'insuline pendant toute sa vie.

Le diabète de type 2, anciennement appelé "non insulino-dépendant" est du à une diminution de la sécrétion d’insuline et à une mauvaise utilisation par les tissus qui deviennent "résistants" à l'insuline. Il survient chez des adultes à un âge avancé présentant un surpoids. Ce type de diabète ne nécessite pas toujours d'injection d'insuline.